La base de données des élèves du Conservatoire : état des lieux d’un chantier prosopographique

Marie Duchêne-Thégarid (HEMEF) et Yvette Isselin (Archives Nationales)

Résumé du séminaire, séance du 28 janvier 2015

Yvette Isselin présente les sources qui alimentent la base de données des élèves du Conservatoire. Outre les registres d’inscription, qui enregistrent les élèves au fur et à mesure de leur admission, les contributeurs de la base exploitent les tableaux annuels des classes, qui complètent les cursus en offrant, pour chaque année et chaque professeur, la liste des élèves inscrits. D’autres sources conservées aux Archives nationales pourraient ultérieurement enrichir la base de données, en particulier les listes de morceaux donnés aux concours de fin d’année ou les archives de l’Opéra-comique.

Marie Thégarid commence par rappeler les origines de la prosopographie. Cette méthode, héritée des sciences de l’Antiquité, permet de pallier les lacunes des archives anciennes en rassemblant un grand nombre de données biographiques selon des critères définis. Employée depuis quelques années en histoire de la musique, la prosopographie paraît tout indiquée pour étudier la population des élèves du Conservatoire de Paris, institution qui dispose d’archives conséquentes et déjà standardisées. Cette démarche implique de constituer une base de données déjà bien avancée.

Après avoir dressé un état des lieux de l’avancement du projet, Marie Thégarid présente l’architecture de la base et les principes adoptés pour la saisie. L’équipe prévoit notamment de transcrire diplomatiquement les sources, de sorte à offrir aux futurs usagers une version numérique de documents parfois fort abîmés. Ce choix de transcription implique la création de colonnes, remplies a posteriori, qui synthétiseront des données trop hétérogènes et faciliteront les recherches des usagers souhaitant employer la base à des fins de recherche scientifique.

Un échantillon de 1954 élèves inscrits au Conservatoire de Paris entre 1849 et 1860 permet d’ores et déjà de mieux connaître la population des jeunes musiciens. Majoritairement masculine, cette population se répartit dans les classes du Conservatoire – dont les intitulés paraissent parfois énigmatiques – en fonction des places disponibles, mais aussi de critères implicites : aucune femme ne fréquente les cours d’instruments à vent ; quelques-unes commencent cependant à investir les classes de violon. La base de données offre également un aperçu des différents statuts des élèves au sein de l’établissement (auditeur, pensionnaire, élève statutaire, etc.) ; l’examen des pays de naissance des élèves considérés comme étrangers dessine les contours d’une zone au sein de laquelle s’étend le « rayonnement » de l’établissement.

La base de données fournit également quelques indications quant au niveau de l’enseignement dispensé au Conservatoire. L’étude de l’âge des élèves à leur entrée dans l’établissement fait apparaître d’importantes disparités entre hommes et femmes d’une part, entre disciplines d’autre part. Bien qu’elle ne résolve pas l’épineuse question de l’inscription de débutants, cette esquisse semble indiquer que certains élèves nouvellement acceptés, sans être de parfaits novices, sont encore loin du niveau attendu des jeunes virtuoses que le Conservatoire ambitionne de former, d’autant que l’observation des cursus souligne, pour un bon nombre d’élèves, la brièveté et l’inachèvement de leurs études musicales.

Enfin, certains champs permettent de confronter les ambitions pédagogiques, voire politiques, qu’affiche le Conservatoire, aux résultats qu’il obtient. Conformément à son projet, l’établissement recrute ses talents dans l’ensemble du territoire français, comme le montre le nombre conséquent de jeunes chanteurs issus de l’école succursale de Toulouse. Il irrigue également la vie musicale parisienne, provinciale, et même internationale, ainsi qu’en témoignent les carrières professorales ou théâtrales de certains de ses lauréats.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.