La musique comme art social : conséquences sur l’enseignement à la veille de la Grande Guerre

Michèle Alten et Sylvie Douche (université Paris-Sorbonne)

Résumé du séminaire, séance du18 février 2015

L’histoire des disciplines scolaires constitue un champ de recherche spécifique. Les finalités politiques et leur traduction en programme officiel, les injonctions pédagogiques qui en découlent ainsi que les pratiques de classe effectives constituent les trois volets principaux de ces études.

Cependant, pour ce qui concerne la musique, l’objet de recherche est plus difficile à cerner. En effet, avant même l’apparition, en 1882, dans les programmes de l’école primaire d’une nouvelle matière obligatoire intitulée Chant et musique, les avis des 7 spécialistes consultés (Rapports sur l’enseignement du chant dans les écoles primaires, 1881) divergent. Chacun a sa solution : solfège pour les uns, chant pour les autres, le plus souvent dans une grande méconnaissance des exigences de l’enseignement de base. Ces divergences traduisent la diversité des objectifs qui peuvent être assignés à la musique : former de bons citoyens républicains et patriotes ou bien construire des individus plus éclairés, ou encore donner les bases du déchiffrage à chacun.

Dans la période qui va de 1882 à 1914, deux moments peuvent être distingués. Le premier, de 1882 à 1905, est celui où le chant devient l’auxiliaire du civisme ; le second, de 1905 à 1914, voit se développer une nouvelle orientation, centrée sur le développement moral et culturel de l’élève par le chant et la musique. Ce tournant fondamental a une double origine : il s’inscrit dans les mutations idéologiques d’une IIIe République qui cherche sa voie entre collectivisme et nationalisme et qui imagine une paix sociale fondée sur le partage culturel. Pour faire découvrir à tous la musique, une nouvelle méthode d’enseignement semble alors s’imposer, la méthode Galin-Paris-Chevé, dite aussi méthode chiffrée.

Différentes sources permettent de suivre cette évolution. Plusieurs cartons de la série F17 des Archives nationales, relatifs, soit aux manuels scolaires recommandés par département, soit aux congrès d’instituteurs, soit aux dépenses en fournitures par élève, donnent des indications précieuses sur les mutations de l’offre éditoriale et sur le faible engagement musical des instituteurs dans les années 1880-1890. Le dépouillement systématique de la revue pédagogique quasi officielle, le Manuel général de l’instruction publique, ainsi que celui de la revue La Musique à l’école, fait clairement apparaître l’engagement des autorités en faveur du chant et de la méthode chiffrée d’une part, l’horreur que celle-ci inspire aux musiciens classiques d’autre part.

Si le partage de musique constitue bien, dans la décennie qui précède la guerre, une préoccupation réelle de certains politiques et de certains artistes, une question centrale reste posée : de quelle musique parle-t-on ? La volonté éducative, qui doit faire échapper à la vulgarité et élever l’âme est omniprésente dans les discours. Mais quel répertoire choisir ? Et que faire de toutes les productions musicales qui font les délices du public urbain de l’époque, et entre autres, celles que suscite le mélodrame ? Voilà par exemple un genre qui connut une nouvelle vie sous la IIIe République et qui échappa au contrôle des décideurs. Protéiforme, le mélodrame s’entendait aussi bien dans les milieux élitistes des Salons parisiens, dans les théâtres d’application, que sur de plus grandes scènes (avec orchestre) ou sous sa forme plus populaire dans les cafés-concerts. Le public scolaire n’était pas de reste et le procédé toucha des Fables de la Fontaine (par A. Trojelli, 1902) tandis que se créait plus tard la collection « Nouveau répertoire théâtral des jeunes » (chez Klotz) proposant de petits mélodrames sacrés à dire et chanter par des enfants. L’explosion éditoriale affectant ce nouveau genre socialement négligé trahit le rôle porteur qui fut le sien, unanimement partagé mais medium de petites et grandes musiques, de petits et grands textes, d’idées morales ou subversives.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.