Études sur le fonctionnement administratif du Conservatoire : directorats de Cherubini et d’Auber

Yves Gérard (CNSMDP) et Cécile Reynaud (BnF/EPHE)

Résumé du séminaire, séance du 15 avril 2015

Yves Gérard aborde le problème complexe des liens qui unissent le Conservatoire en tant qu’« institution d’Etat », – quel que soit le régime politique en place – avec les autorités « politiques et administratives », qui constituent sa tutelle naturelle. Comme première approche pour la « période Cherubini » (déjà en place au Conservatoire depuis son ouverture en 1795 et qui en deviendra le directeur de 1822 à 1842), Yves Gérard a choisi d’explorer une source peu exploitée jusqu’à présent : l’Almanach royal entre 1814/1815 – lorsque Louis XVIII se réinstalle définitivement sur le trône de France – et 1843, lorsqu’Auber a hérité en 1842 de la succession de Cherubini. Un choix d’années, jugées intéressantes, a été effectué, ne serait-ce qu’en raison de la crise des années 1815-1820, lors de la « fermeture » du Conservatoire par la « Chambre introuvable » issue des élections parlementaires et exigeant la suppression de tout ce qui se rattachait à la Révolution et au Premier Empire. L’institution fut « sauvée » par Louis XVIII qui la réinséra dans la lignée de l’Ecole royale de musique créée en 1784 par son frère, Louis XVI (version que l’on trouvera régulièrement présentée dans l’Almanach royal). Un petit dossier de documents sélectionnés (1814/15, 1816, 1822-1824, 1828 et 1843) est alors distribué et fournit un certain nombre de remarques que l’on peut résumer ainsi :

L’Ecole royale de musique, très réduite dans ses activités, est rattachée à la Maison du Roi, véritable fourre-tout où on peut la retrouver voisinant avec «  l’Argenterie royale », avant d’être placée sous l’autorité du Ministère de l’Intérieur où, progressivement, on peut voir l’esquisse d’un département des Beaux-Arts, avec section musicale, lointaine préfiguration d’un Ministère de la Culture. Les almanachs retracent bien la progression/renaissance des activités du Conservatoire à partir des années 1820 et particulièrement sous le directorat de Cherubini, à partir des années 1825.

Cécile Reynaud concentre son propos sur Auber. Si l’auteur de La Muette de Portici a fait l’objet d’importantes études (notamment, de Charles Malherbe [1911], Herbert Schneider [1994], et Robert Ignatius Letellier [2010]), son passage au Conservatoire n’a pas été documenté de façon approfondie. Daniel-François-Esprit Auber (qui ne fut pas élève du Conservatoire) en fut pourtant le directeur entre 1842 et sa mort, en 1871.

Les différentes biographies s’accordent pour dire qu’il insista particulièrement sur la formation vocale, sur la séparation entre les classes de chanteurs femmes et hommes, favorisa le développement du pensionnat et multiplia les représentations mises en scène, et en costumes, lors des exercices des élèves, ainsi que des représentations d’œuvres lyriques des lauréats du Prix de Rome.

Les sources sur lesquelles Cécile Reynaud se fonde pour cet exposé figurent dans Constant Pierre (Le Conservatoire national de musique et de déclamation, Documents historiques et administratifs, 1900) et doivent être complétées par une recherche dans les archives du Conservatoire, conservées au Archives nationales. L’étude des différents règlements (entre 1842 et 1850) permet de constater l’évolution voulue par Auber. Si l’organisation administrative de l’institution ne change guère, la gratuité de l’enseignement donné au Conservatoire est officiellement précisée dans le règlement de 1850 (sans doute à la suite des événements de 1848).

L’organisation générale de l’enseignement et des classes se modifie également. La description des disciplines livrée par les règlements et textes officiels est parlante : on passe de 27 disciplines instrumentales et vocales avant 1842, à une organisation répartie en 8 sections (en 1850) regroupant les enseignements (par exemple, piano et harpe ; harmonie, orgue et composition, etc.). Enfin, on remarque que le pensionnat du Conservatoire s’ouvre aux élèves femmes.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.