La Classe de hautbois au Conservatoire au début du XXe siècle : Marcel Tabuteau et le rayonnement de « L’École de Philadelphie » aux Etats-Unis

Peter Bloom, Smith College, Northampton, Massachusetts, USA

Résumé du séminaire, séance du13 avril 2016

Dans cette communication j’ai présenté un exemple très précis de « l’influence » de l’école française de hautbois, illustrée bien évidemment par l’enseignement de hautbois au Conservatoire de Paris, sur le développement d’une école « américaine » de hautbois véritablement fondée, on a l’habitude de le dire, par Marcel Tabuteau, hautboïste exceptionnel qui fera carrière aux États-Unis. Tabuteau aura une influence remarquable sur l’enseignement de la musique aux USA grâce à son poste de professeur au tout nouveau Conservatoire de Philadelphie, le fameux Curtis Institute of Music.

Marcel Tabuteau-Guérineau est né à Compiègne le 2 juillet 1887. Il entre au Conservatoire en novembre 1902 : sa première inscription est datée du 13 novembre 1902 où il est indiqué qu’il entre dans la classe de M. Gillet « par décision de M. Gillet ». Il est bien noté par son maître comme un « élève d’avenir » d’un « tempérament artistique », ayant une « nature exceptionnelle d’hautboïste » et en fin de compte un « très bon élève ». Au concours du printemps 1904 il obtient un premier prix le 30 juillet, à l’âge de 17 ans.

Le maître de Tabuteau, au Conservatoire, est Georges Gillet, lui-même premier prix du Conservatoire en 1869 et professeur au Conservatoire de 1882 à 1919. Les maîtres de Gillet, Félix-Charles Barthélemy et Charles-Joseph Collin, sont tous les deux élèves, au Conservatoire, de Gustave Vogt, celui que l’on peut considérer comme le fondateur de l’école moderne française de hautbois, qui est actif de 1816 à 1853. Pour Tabuteau, Gillet était un génie, le meilleur musicien qu’il ait jamais vu.

En 1905, le chef allemand célèbre Walter Damrosch, alors directeur de l’Orchestre symphonique de New York, vient en France à la recherche d’instrumentistes à vent afin d’améliorer la qualité de son orchestre et de mieux mener sa rivalité avec l’Orchestre symphonique de Boston. À Paris, Damrosch engage tout de suite quatre instrumentistes français, tous premier prix du Conservatoire, dont le bassoniste Auguste Mesnard, le clarinettiste Henri-Léon Leroy, le flutiste Georges Barrère (qui, lui, sera le père de l’école américaine de flûte) et le hautboïste Marcel Tabuteau. En 1908, après deux saisons avec l’orchestre de Walter Damrosch, Tabuteau accède à un poste au Metropolitan Opera où il jouera, pendant six ans, sous la baguette d’Arturo Toscanini et de Gustave Mahler, entre autres. En 1913, il rentre en France au début de la Grande Guerre mais est vite renvoyé à la vie civile à cause de problèmes cardiaques. De nouveau à New York, il sera sollicité, en 1915, par le chef d’orchestre du très célèbre Orchestre de Philadelphie, Leopold Stokowski qui, ayant entendu Tabuteau au Metropolitan Opera, lui offre le poste de premier hautbois solo. En octobre de cette année-là, Tabuteau commence donc sa carrière à Philadelphie, carrière qui durera jusqu’en 1954.

Lorsque Tabuteau arrive aux États-Unis, le conservatoire le plus célèbre est The Institute of Musical Art, établi à New York en 1905, prédécesseur du Juilliard School of Music. Au début des années vingt, un éditeur célèbre, Cyrus Curtis, propriétaire du Saturday Evening Post, motivé par sa fille, Mary Louise Curtis Bok, elle-même pianiste et grande amie de Leopold Stokowski et du pianiste polonais Josef Hofmann, décide de fonder une école de musique au centre de la ville de Philadelphie pour offrir aux meilleurs jeunes musiciens du monde une éducation musicale égale à celle des principaux conservatoires européens, et ceci sans frais de scolarité. Les portes du Curtis Institute s’ouvrent le 1er octobre 1924. Josef Hofmann est professeur de piano ; Carl Flesch, violoniste hongrois qui a fait ses études au Conservatoire de Paris, est professeur de violon ; Louis Bailly, altiste français qui a fait ses études au Conservatoire, est professeur d’alto ; Carlos Salzedo, harpiste français qui fait a ses études au Conservatoire, est professeur de harpe ; Horace Britt, violoncelliste belge qui a fait ses études au Conservatoire, est professeur de violoncelle ; Daniel Bonade, clarinettiste français qui a fait ses études au Conservatoire, est professeur de clarinette ; Leopold Stokowski, qui a fait ses études à Londres mais a étudié brièvement à Paris, dirige l’orchestre estudiantin. Le professeur de français et d’histoire de la musique est l’Alsacien Jean-Baptiste Beck. Et le professeur de hautbois est Marcel Tabuteau.

Parmi les élèves de Tabuteau se trouvent plusieurs générations de hautboïstes de grande importance : Robert Bloom, premier hautbois solo de l’orchestre NBC de New York sous la direction d’Arturo Toscanini ; Harold Gomberg, premier hautbois solo de l’orchestre philharmonique de New York sous la direction, entre autres, de Leonard Bernstein ; Ralph Gomberg, premier hautbois solo de l’orchestre symphonique de Boston sous la direction, entre autres, de Charles Munch ; Marc Lifschey et puis John Mack, tous les deux premiers hautbois solos de l’orchestre de Cleveland sous la direction de Georg Szell ; Alfred Genovese, premier hautbois solo à l’orchestre du Metropolitan Opera de New York sous la direction, entre autres, de James Levine. Et ainsi de suite. Les hautboïstes américains d’aujourd’hui ont pratiquement tous étudié avec un disciple, direct ou indirect, de Marcel Tabuteau.

Tabuteau donne des leçons de hautbois et inculque à ses élèves sa notion de sonorité (focalisée, au niveau bas du ton, sombre et non nasillarde, avec une intensité qui sert de vibrato sans déstabiliser le ton). Et il dispense un enseignement de musique de chambre où il explique comment il procède, méthodiquement, pour créer une phrase en musique. Il attribue à chaque note d’une phrase un chiffre précis, de 1 à 5 ou parfois de 1 et 9 : ce chiffre représente non seulement la nuance de la note mais aussi son intensité. Chaque phrase a un début, une fin et un moment d’intensité culminante. Chaque note de la phrase a donc un sens, une signification. La musique n’est jamais immobile ; elle est toujours en mouvement.

Dans la conférence j’ai présenté des exemples musicaux tirés des enregistrements faits par Marcel Tabuteau et par mon propre maître de hautbois au Curtis Institute of Music, dans les années 1960, Jean de Lancie, l’un des élèves préférés de Tabuteau, son successeur comme premier hautbois solo à l’Orchestre de Philadelphie et directeur du Curtis Institute of Music de 1977 à 1985. Pour Marcel Tabuteau, son maître Georges Gillet était le meilleur musicien qu’il ait jamais connu ; pour John de Lancie, Marcel Tabuteau était le meilleur musicien qu’il ait jamais connu ; pour Peter Bloom, John de Lancie était le meilleur musicien qu’il ait jamais connu – et pour une raison précise : pour John de Lancie, la phrase musicale individuelle était l’aspect de la musique le plus important de tous, car chaque note de la phrase, pour lui, était une question de vie ou de mort.  Il avait sans doute hérité cette conception « dramatique » de la musique de son maître, et je me plais à imaginer que cette conception manifeste une idée essentiellement « française ».  Tout le monde sait que les Français n’ont pas de pétrole mais qu’ils ont des idées.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.