Les relations entre les conservatoires de Paris et de Bruxelles au XIXe siècle. Fétis et Gevaert

Henri Vanhulst (Université libre de Bruxelles)

Résumé du séminaire, séance du 16 décembre 2015

Au lendemain de son indépendance (1830), la Belgique décide de créer à Liège et à Bruxelles un conservatoire, mais c’est le second qui reçoit le plus d’attention et acquiert au xixe siècle le statut d’ « université de la musique ». Le gouvernement veut un nom « prestigieux » à la tête de l’établissement mais finit par se résoudre à nommer François-Joseph Fétis qui est censé démontrer son adéquation à la fonction par la rédaction d’un Plan d’organisation de la musique dans le royaume de Belgique. À deux exceptions près, les enseignants de l’ancienne École royale de chant sont engagés au Conservatoire et ce n’est qu’à partir des années 1840 que Fétis peut décider lui-même des nouveaux titulaires. Ses propositions doivent cependant être approuvées par la Commission administrative, avec laquelle Fétis sera souvent en conflit mais qui le suivra toujours dans ses choix de professeurs, et entérinées par le ministre de tutelle. Fétis a l’ambition de faire du conservatoire de Bruxelles une institution dépassant son modèle parisien.

À cet effet, il rédige des méthodes qui se veulent la synthèse des méthodes existantes – la « méthode des méthodes » – ou visent à combler une lacune – La science de l’organiste –et incite les professeurs à en faire autant. Fétis estimera que son Conservatoire est devenu supérieur à celui de Paris dans deux domaines : la classe de piano pour jeunes filles de Mme Pleyel et la classe d’orgue de Jacques-Nicolas Lemmens. S’il n’arrive pas à réaliser complètement ses ambitions, il en attribue la responsabilité aux autorités publiques car le gouvernement n’accorde pas les moyens financiers indispensables et la Ville de Bruxelles ne parvient pas à mettre des locaux adéquats à sa disposition. L’absence d’une salle de concert lui semble particulièrement dommageable car les concerts sont un prolongement indispensable de l’enseignement, puisqu’ils permettent aux lauréats de se produire en public, aux compositeurs belges de faire exécuter leurs œuvres et de « former » le goût du public. Au début des années 1860, le Conservatoire pourra disposer d’une salle au Palais des Académies, où le gouvernement fait installer un orgue – une première en Europe, d’après Fétis.

À la mort de Fétis en 1871, Gevaert accepte de lui succéder pour autant qu’il ne soit jamais obligé de prendre sa retraite. Il s’évertuera à engager des artistes de renom notamment pour les classes de violon (Vieuxtemps, Wieniawski, Ysaÿe) et de piano (De Greef). Il estime que la formation des élèves ne peut se limiter à l’aspect technique mais doit s’étendre à l’esthétique, au bon goût. À cet effet, il enrichit considérablement les collections de la bibliothèque, rédige plusieurs traités et édite un vaste répertoire de chant, fait d’extraits d’œuvres lyriques « arrangées » en fonction de ses convictions d’historien de la musique. Les concerts deviennent dès lors un pan indispensable de la formation des élèves qui y participent activement au sein de l’orchestre ou du chœur.

Le répertoire est limité aux compositeurs du passé et pendant les quarante-six ans du directorat de Gevaert seul Wagner s’ajoute de manière durable à la liste des maîtres au talent incontestable. Si Gevaert privilégie la tragédie lyrique et les grandes œuvres vocales de Bach et Haendel, toute préoccupation de recherche d’authenticité dans l’interprétation lui est étrangère. Il estime nécessaire d’adapter les œuvres du passé au goût du xixe siècle – il se qualifie de « fondé de pouvoir du compositeur » –, pratique des coupures et crée des « suites » à partir d’extraits d’œuvres différentes du même auteur. Les concerts de Gevaert ont eu un succès d’autant plus retentissant que le Conservatoire a pu disposer à partir de 1876 d’une véritable salle de concert (avec un orgue de Cavaillé-Coll), la première que l’on ait construite à Bruxelles. Ils ont aussi fait l’objet de critiques virulentes parce que leur objectif initial – la formation du goût des élèves – n’était pas du tout atteint.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.