Les apports des manuels français dans la construction d’un modèle méthodologique du solfège au Conservatoire de Madrid au XIXe siècle

Luis Ferrer, Université Autónoma de Madrid

Résumé du séminaire, séance du 16 novembre 2016

Le Conservatoire de Musique et Déclamation de Madrid fut fondé en 1830 et inauguré en avril 1831 sous la protection de la reine María Cristina de Bourbon. Cette institution fut créée dans le but de former des musiciens espagnols qui pourraient remplacer les onéreuses compagnies italiennes, chargées d’assurer les représentations musicales à la Cour madrilène et dans les grandes villes espagnoles. Il s’agissait en outre et surtout de créer une école nationale de chant se hissant au niveau des autres écoles européennes.

Dès l’ouverture du Conservatoire et tout au long du XIXe siècle, le solfège a constitué le fondement de tout l’enseignement musical, y compris celui du chant, au sein de cette institution. Au cours des premiers mois d’activité du Conservatoire et jusqu’en 1868, les contenus de ces deux matières furent les mêmes, de sorte qu’il revenait à un même professeur d’assurer l’enseignement du solfège et des premières vocalisations des futurs chanteurs. Ainsi, le terme solfear (solfier) faisait partie intégrante de l’exercice du chanteur, et réciproquement, le solfista (celui qui solfie) était considéré comme un chanteur à part entière. L’analyse des méthodes utilisées au Conservatoire de Madrid rend parfaitement compte de cette  ambiguïté.

L’institution a promu la création de méthodes de facture nationale pour l’enseignement de ses élèves, élaborées par des auteurs comme Marcelino Castilla ou José Melchor Gomis, et parfois même par des professeurs du Conservatoire, comme Baltasar Saldoni, Hilarión Eslava ou José Pinilla. Mais elle s’est également procuré les meilleures œuvres pédagogiques d’Europe, qui provenaient principalement, dans le cas du solfège, du Conservatoire de Musique et de Déclamation de Paris. À titre d’exemples, on peut citer les méthodes de Jean-Joseph Rodolphe, Alexis de Garaudé, Auguste-Mathieu Panseron ou encore Les principes élémentaires de musique, ouvrage écrit par un groupe de professeurs composé notamment par Luigi Cherubini, François-Joseph Gossec, Étienne-Nicolas Méhul ou Charles-Simon Catel.

L’influence exercée par la pédagogie française du solfège eut non seulement des conséquences sur l’usage et l’élaboration de nouvelles méthodes au Conservatoire madrilène, mais elle joua de plus un rôle fondamental dans la création d’un nouveau modèle d’enseignement du solfège en Espagne. Cette influence se mesure essentiellement dans l’usage des concepts et dans les procédés didactiques employés. Ainsi, on observe que le traitement des groupes irréguliers et le travail rythmique fondé sur les techniques de réduction, augmentation, inversion et variation proposées dans les méthodes de Jean-Joseph Rodolphe, Alexis de Garaudé et Auguste-Mathieu Panseron furent repris dans les méthodes espagnoles, comme celles de José Melchor Gomis, Hilarión Eslava ou Justo Moré et Juan Gil. On constate une influence similaire pour ce qui est des contenus métriques : l’introduction par Alexis de Garaudé de l’étude des mesures irrégulières dans les danses populaires italiennes inspira Hilarión Eslava, qui aborda à son tour cette question en s’appuyant sur l’exemple du zorcico basque. Quant à l’étude des intervalles, on note que la transcription des notes intermédiaires observée dans les méthodes de Marcelino Castilla et José Pinilla est un procédé emprunté à Jean-Joseph Rodolphe. Enfin, Hilarión Eslava, qui fut le premier à intégrer dans une méthode de solfège espagnole des exercices harmoniques et de dictée musicale, avait repris les énoncés similaires proposés préalablement dans la méthode de Alexis de Garaudé.

De plus, l’influence méthodologique française dans l’enseignement du solfège en Espagne fut à l’origine de la restructuration du programme d’enseignement de cette matière au sein de l’établissement dès 1855. Elle contribua en outre à la transformation de cet enseignement, caractérisée par la distinction progressive du solfège et du chant, effective à partir de 1868.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.