Les “Principes élémentaires de musique” et les “Solfèges pour servir à l’étude dans le Conservatoire de musique”

Muriel Boulan et Clotilde Verwaerde, Université Paris-Sorbonne

Résumé du séminaire, séance du 28 septembre 2016

Premier ouvrage publié par le Conservatoire en 1799, les Principes élémentaires constituent l’outil pédagogique de base de l’apprenti musicien. Outre les préceptes théoriques, ils présentent un ensemble de solfèges progressifs, qu’un second volume, intitulé Solfèges, vient rapidement compléter et enrichir. Cette communication a souhaité mettre en perspective les sources, influences et contenus originaux de cet imposant ensemble de quelque 850 pages, élaboré par plusieurs compositeurs et professeurs de renom.

L’intérêt de ces solfèges apparaît évident au regard du contexte éditorial qui entoure leur parution : en effet, les publications et rééditions de manuels didactiques aux mêmes titres de « solfèges » sont nombreuses depuis la fin des années 1760. On notera particulièrement les Solfèges d’Italie et ceux de Rodolphe, qui connaissent respectivement leurs quatrième et troisième éditions au moment de la rédaction des Principes élémentaires. Ces deux manuels demeurent par ailleurs parmi les listes d’ouvrages encore employés en 1822 pour l’enseignement au Conservatoire – alors appelé Ecole royale de chant.

Prenant modèle sur ses homologues italiens, le Conservatoire en adopte également certains modèles pédagogiques. Nombreux sont les auteurs de solfèges d’origine ultramontaine – Agus, Cherubini, Cambini –, ou ayant étudié dans les conservatoires napolitains, comme Gibert et Langlé. Cherchant à proposer un enseignement nouveau et progressif des fondements de la pratique musicale, les maîtres français semblent séduits par la rigueur et la clarté de ces pièces spécialement écrites pour apprendre les clés, découvrir les différents types de mesure et de mouvements, se familiariser avec les tonalités et armures les plus usuelles et contribuer à former le goût des élèves, leur donner enfin les rudiments d’une technique vocale de qualité.

Les extraits du règlement du Conservatoire en date du 15 Messidor an IV (3 juillet 1796) nous informent que l’enseignement du solfège est préalable à tout autre apprentissage – qu’il s’agisse de l’instrument, du chant ou de la composition – et constitue le premier degré d’études dans l’établissement. La formulation des pages de titres des deux volumes des Principes et des Solfèges ainsi que l’organisation globale en cinq livres scelle d’emblée en 1799 une production didactique d’envergure qui sera achevée en 1802. Elle se présente ainsi :

  • Principes élémentaires de musique Arrêtés par les Membres du conservatoire pour servir à l’étude dans cet établissement suivis des solfèges par M. M. Agus, Catel, Chérubini, Gossec, Langlé, Lesueur, Méhul, et Rigel. PREMIERE PARTIE. [1799]

Livre 1 : Principes élémentaires de musique

Livre 2 : Abrégé des Principes suivi de gammes et solfèges faciles

Livre 3 : Recueil de solfèges d’une difficulté progressive

  • Solfèges pour servir à l’étude dans le Conservatoire de musique par les Citoyens Agus, Catel, Chérubini, Gossec, Langlé, Le Sueur, Martinj, Méhul et Rey. SECONDE PARTIE. [1802]

Livre 4 : Recueil de solfèges d’une difficulté progressive à une voix

Livre 5 : Recueil de solfèges à deux, trois et quatre voix

S’inspirant largement des Solfèges de Rodolphe, ces deux volumes multiplient la diversité des exercices, des difficultés abordées et développent les propositions polyphoniques, tout en aiguisant la curiosité des apprenants grâce à des techniques d’écriture des plus variées, de la mélodie accompagnée aux fugues les plus strictes. Contrairement à Rodolphe, tous les textes sont accompagnés d’une basse soigneusement chiffrée, recélant de nombreuses indications de jeu et des réalisations partielles à l’adresse de l’accompagnateur.

Bien plus ambitieuse que les méthodes alors en usage, celle-ci dépasse le cadre de la simple formation des « commençants » : loin de se cantonner à la découverte des éléments techniques de base, les auteurs proposent des pièces de une à quatre voix avec accompagnement, contrastées tant dans les difficultés que dans les styles musicaux et les procédés d’écriture. D’un projet qui pourrait sembler musicalement anecdotique et élémentaire, l’ouvrage se révèle une véritable encyclopédie des savoirs nécessaires à une pratique éclairée des instrumentistes et chanteurs, mais aussi des compositeurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.