Archives de catégorie : Fonctionnement administratif

Appel à contribution. Enseignement de la musique et vie musicale en France et en Europe (1795-1914)

Le développement d’un enseignement musical professionnalisant dans les grandes capitales européennes au cours du xixe siècle s’accompagne de profondes mutations des pratiques musicales. La création du Conservatoire national de Paris en 1795 accentue par exemple le clivage entre musiciens amateurs et professionnels : l’institution impose un répertoire de plus en plus virtuose à ses élèves chanteurs et instrumentistes, influençant aussi de ce fait les orientations des classes d’écriture et composition musicales.

La vie musicale parisienne, et plus largement française, est en effet profondément marquée par les conséquences de la création de ce Conservatoire national. Conçu d’abord comme instrument de glorification de la Nation, il ambitionne de devenir, dès le début du xixe siècle, une institution centralisatrice et normative : son influence s’étend alors aux provinces françaises, et au-delà des frontières du pays.

Continuer la lecture de Appel à contribution. Enseignement de la musique et vie musicale en France et en Europe (1795-1914)

Études sur le fonctionnement administratif du Conservatoire : directorats de Cherubini et d’Auber

Yves Gérard (CNSMDP) et Cécile Reynaud (BnF/EPHE)

Résumé du séminaire, séance du 15 avril 2015

Yves Gérard aborde le problème complexe des liens qui unissent le Conservatoire en tant qu’« institution d’Etat », – quel que soit le régime politique en place – avec les autorités « politiques et administratives », qui constituent sa tutelle naturelle. Comme première approche pour la « période Cherubini » (déjà en place au Conservatoire depuis son ouverture en 1795 et qui en deviendra le directeur de 1822 à 1842), Yves Gérard a choisi d’explorer une source peu exploitée jusqu’à présent : l’Almanach royal entre 1814/1815 – lorsque Louis XVIII se réinstalle définitivement sur le trône de France – et 1843, lorsqu’Auber a hérité en 1842 de la succession de Cherubini. Un choix d’années, jugées intéressantes, a été effectué, ne serait-ce qu’en raison de la crise des années 1815-1820, lors de la « fermeture » du Conservatoire par la « Chambre introuvable » issue des élections parlementaires et exigeant la suppression de tout ce qui se rattachait à la Révolution et au Premier Empire. L’institution fut « sauvée » par Louis XVIII qui la réinséra dans la lignée de l’Ecole royale de musique créée en 1784 par son frère, Louis XVI (version que l’on trouvera régulièrement présentée dans l’Almanach royal). Un petit dossier de documents sélectionnés (1814/15, 1816, 1822-1824, 1828 et 1843) est alors distribué et fournit un certain nombre de remarques que l’on peut résumer ainsi :

Continuer la lecture de Études sur le fonctionnement administratif du Conservatoire : directorats de Cherubini et d’Auber