Archives de catégorie : Enseignement général

Appel à contribution. Enseignement de la musique et vie musicale en France et en Europe (1795-1914)

Le développement d’un enseignement musical professionnalisant dans les grandes capitales européennes au cours du xixe siècle s’accompagne de profondes mutations des pratiques musicales. La création du Conservatoire national de Paris en 1795 accentue par exemple le clivage entre musiciens amateurs et professionnels : l’institution impose un répertoire de plus en plus virtuose à ses élèves chanteurs et instrumentistes, influençant aussi de ce fait les orientations des classes d’écriture et composition musicales.

La vie musicale parisienne, et plus largement française, est en effet profondément marquée par les conséquences de la création de ce Conservatoire national. Conçu d’abord comme instrument de glorification de la Nation, il ambitionne de devenir, dès le début du xixe siècle, une institution centralisatrice et normative : son influence s’étend alors aux provinces françaises, et au-delà des frontières du pays.

Continuer la lecture de Appel à contribution. Enseignement de la musique et vie musicale en France et en Europe (1795-1914)

La musique comme art social : conséquences sur l’enseignement à la veille de la Grande Guerre

Michèle Alten et Sylvie Douche (université Paris-Sorbonne)

Résumé du séminaire, séance du18 février 2015

L’histoire des disciplines scolaires constitue un champ de recherche spécifique. Les finalités politiques et leur traduction en programme officiel, les injonctions pédagogiques qui en découlent ainsi que les pratiques de classe effectives constituent les trois volets principaux de ces études.

Cependant, pour ce qui concerne la musique, l’objet de recherche est plus difficile à cerner. En effet, avant même l’apparition, en 1882, dans les programmes de l’école primaire d’une nouvelle matière obligatoire intitulée Chant et musique, les avis des 7 spécialistes consultés (Rapports sur l’enseignement du chant dans les écoles primaires, 1881) divergent. Chacun a sa solution : solfège pour les uns, chant pour les autres, le plus souvent dans une grande méconnaissance des exigences de l’enseignement de base. Ces divergences traduisent la diversité des objectifs qui peuvent être assignés à la musique : former de bons citoyens républicains et patriotes ou bien construire des individus plus éclairés, ou encore donner les bases du déchiffrage à chacun.

Continuer la lecture de La musique comme art social : conséquences sur l’enseignement à la veille de la Grande Guerre