Archives par mot-clé : Conservatoire

La Classe de hautbois au Conservatoire au début du XXe siècle : Marcel Tabuteau et le rayonnement de « L’École de Philadelphie » aux Etats-Unis

Peter Bloom, Smith College, Northampton, Massachusetts, USA

Résumé du séminaire, séance du13 avril 2016

Dans cette communication j’ai présenté un exemple très précis de « l’influence » de l’école française de hautbois, illustrée bien évidemment par l’enseignement de hautbois au Conservatoire de Paris, sur le développement d’une école « américaine » de hautbois véritablement fondée, on a l’habitude de le dire, par Marcel Tabuteau, hautboïste exceptionnel qui fera carrière aux États-Unis. Tabuteau aura une influence remarquable sur l’enseignement de la musique aux USA grâce à son poste de professeur au tout nouveau Conservatoire de Philadelphie, le fameux Curtis Institute of Music.

Marcel Tabuteau-Guérineau est né à Compiègne le 2 juillet 1887. Il entre au Conservatoire en novembre 1902 : sa première inscription est datée du 13 novembre 1902 où il est indiqué qu’il entre dans la classe de M. Gillet « par décision de M. Gillet ». Il est bien noté par son maître comme un « élève d’avenir » d’un « tempérament artistique », ayant une « nature exceptionnelle d’hautboïste » et en fin de compte un « très bon élève ». Au concours du printemps 1904 il obtient un premier prix le 30 juillet, à l’âge de 17 ans.

Continuer la lecture de La Classe de hautbois au Conservatoire au début du XXe siècle : Marcel Tabuteau et le rayonnement de « L’École de Philadelphie » aux Etats-Unis

Études sur le fonctionnement administratif du Conservatoire : directorats de Cherubini et d’Auber

Yves Gérard (CNSMDP) et Cécile Reynaud (BnF/EPHE)

Résumé du séminaire, séance du 15 avril 2015

Yves Gérard aborde le problème complexe des liens qui unissent le Conservatoire en tant qu’« institution d’Etat », – quel que soit le régime politique en place – avec les autorités « politiques et administratives », qui constituent sa tutelle naturelle. Comme première approche pour la « période Cherubini » (déjà en place au Conservatoire depuis son ouverture en 1795 et qui en deviendra le directeur de 1822 à 1842), Yves Gérard a choisi d’explorer une source peu exploitée jusqu’à présent : l’Almanach royal entre 1814/1815 – lorsque Louis XVIII se réinstalle définitivement sur le trône de France – et 1843, lorsqu’Auber a hérité en 1842 de la succession de Cherubini. Un choix d’années, jugées intéressantes, a été effectué, ne serait-ce qu’en raison de la crise des années 1815-1820, lors de la « fermeture » du Conservatoire par la « Chambre introuvable » issue des élections parlementaires et exigeant la suppression de tout ce qui se rattachait à la Révolution et au Premier Empire. L’institution fut « sauvée » par Louis XVIII qui la réinséra dans la lignée de l’Ecole royale de musique créée en 1784 par son frère, Louis XVI (version que l’on trouvera régulièrement présentée dans l’Almanach royal). Un petit dossier de documents sélectionnés (1814/15, 1816, 1822-1824, 1828 et 1843) est alors distribué et fournit un certain nombre de remarques que l’on peut résumer ainsi :

Continuer la lecture de Études sur le fonctionnement administratif du Conservatoire : directorats de Cherubini et d’Auber

La base de données des élèves du Conservatoire : état des lieux d’un chantier prosopographique

Marie Duchêne-Thégarid (HEMEF) et Yvette Isselin (Archives Nationales)

Résumé du séminaire, séance du 28 janvier 2015

Yvette Isselin présente les sources qui alimentent la base de données des élèves du Conservatoire. Outre les registres d’inscription, qui enregistrent les élèves au fur et à mesure de leur admission, les contributeurs de la base exploitent les tableaux annuels des classes, qui complètent les cursus en offrant, pour chaque année et chaque professeur, la liste des élèves inscrits. D’autres sources conservées aux Archives nationales pourraient ultérieurement enrichir la base de données, en particulier les listes de morceaux donnés aux concours de fin d’année ou les archives de l’Opéra-comique.

Marie Thégarid commence par rappeler les origines de la prosopographie. Cette méthode, héritée des sciences de l’Antiquité, permet de pallier les lacunes des archives anciennes en rassemblant un grand nombre de données biographiques selon des critères définis. Employée depuis quelques années en histoire de la musique, la prosopographie paraît tout indiquée pour étudier la population des élèves du Conservatoire de Paris, institution qui dispose d’archives conséquentes et déjà standardisées. Cette démarche implique de constituer une base de données déjà bien avancée.

Continuer la lecture de La base de données des élèves du Conservatoire : état des lieux d’un chantier prosopographique