Archives par mot-clé : Conservatoires

La Classe de hautbois au Conservatoire au début du XXe siècle : Marcel Tabuteau et le rayonnement de « L’École de Philadelphie » aux Etats-Unis

Peter Bloom, Smith College, Northampton, Massachusetts, USA

Résumé du séminaire, séance du13 avril 2016

Dans cette communication j’ai présenté un exemple très précis de « l’influence » de l’école française de hautbois, illustrée bien évidemment par l’enseignement de hautbois au Conservatoire de Paris, sur le développement d’une école « américaine » de hautbois véritablement fondée, on a l’habitude de le dire, par Marcel Tabuteau, hautboïste exceptionnel qui fera carrière aux États-Unis. Tabuteau aura une influence remarquable sur l’enseignement de la musique aux USA grâce à son poste de professeur au tout nouveau Conservatoire de Philadelphie, le fameux Curtis Institute of Music.

Marcel Tabuteau-Guérineau est né à Compiègne le 2 juillet 1887. Il entre au Conservatoire en novembre 1902 : sa première inscription est datée du 13 novembre 1902 où il est indiqué qu’il entre dans la classe de M. Gillet « par décision de M. Gillet ». Il est bien noté par son maître comme un « élève d’avenir » d’un « tempérament artistique », ayant une « nature exceptionnelle d’hautboïste » et en fin de compte un « très bon élève ». Au concours du printemps 1904 il obtient un premier prix le 30 juillet, à l’âge de 17 ans.

Continuer la lecture de La Classe de hautbois au Conservatoire au début du XXe siècle : Marcel Tabuteau et le rayonnement de « L’École de Philadelphie » aux Etats-Unis

Les relations entre les conservatoires de Paris et de Bruxelles au XIXe siècle. Fétis et Gevaert

Henri Vanhulst (Université libre de Bruxelles)

Résumé du séminaire, séance du 16 décembre 2015

Au lendemain de son indépendance (1830), la Belgique décide de créer à Liège et à Bruxelles un conservatoire, mais c’est le second qui reçoit le plus d’attention et acquiert au xixe siècle le statut d’ « université de la musique ». Le gouvernement veut un nom « prestigieux » à la tête de l’établissement mais finit par se résoudre à nommer François-Joseph Fétis qui est censé démontrer son adéquation à la fonction par la rédaction d’un Plan d’organisation de la musique dans le royaume de Belgique. À deux exceptions près, les enseignants de l’ancienne École royale de chant sont engagés au Conservatoire et ce n’est qu’à partir des années 1840 que Fétis peut décider lui-même des nouveaux titulaires. Ses propositions doivent cependant être approuvées par la Commission administrative, avec laquelle Fétis sera souvent en conflit mais qui le suivra toujours dans ses choix de professeurs, et entérinées par le ministre de tutelle. Fétis a l’ambition de faire du conservatoire de Bruxelles une institution dépassant son modèle parisien.

Continuer la lecture de Les relations entre les conservatoires de Paris et de Bruxelles au XIXe siècle. Fétis et Gevaert