Archives par mot-clé : Enseignement de la musique

Les « Principes élémentaires de musique » et les « Solfèges pour servir à l’étude dans le Conservatoire de musique »

Muriel Boulan et Clotilde Verwaerde, Université Paris-Sorbonne

Résumé du séminaire, séance du 28 septembre 2016

Premier ouvrage publié par le Conservatoire en 1799, les Principes élémentaires constituent l’outil pédagogique de base de l’apprenti musicien. Outre les préceptes théoriques, ils présentent un ensemble de solfèges progressifs, qu’un second volume, intitulé Solfèges, vient rapidement compléter et enrichir. Cette communication a souhaité mettre en perspective les sources, influences et contenus originaux de cet imposant ensemble de quelque 850 pages, élaboré par plusieurs compositeurs et professeurs de renom.

L’intérêt de ces solfèges apparaît évident au regard du contexte éditorial qui entoure leur parution : en effet, les publications et rééditions de manuels didactiques aux mêmes titres de « solfèges » sont nombreuses depuis la fin des années 1760. On notera particulièrement les Solfèges d’Italie et ceux de Rodolphe, qui connaissent respectivement leurs quatrième et troisième éditions au moment de la rédaction des Principes élémentaires. Ces deux manuels demeurent par ailleurs parmi les listes d’ouvrages encore employés en 1822 pour l’enseignement au Conservatoire – alors appelé Ecole royale de chant.

Continuer la lecture de Les « Principes élémentaires de musique » et les « Solfèges pour servir à l’étude dans le Conservatoire de musique »

Les apports des manuels français dans la construction d’un modèle méthodologique du solfège au Conservatoire de Madrid au XIXe siècle

Luis Ferrer, Université Autónoma de Madrid

Résumé du séminaire, séance du 16 novembre 2016

Le Conservatoire de Musique et Déclamation de Madrid fut fondé en 1830 et inauguré en avril 1831 sous la protection de la reine María Cristina de Bourbon. Cette institution fut créée dans le but de former des musiciens espagnols qui pourraient remplacer les onéreuses compagnies italiennes, chargées d’assurer les représentations musicales à la Cour madrilène et dans les grandes villes espagnoles. Il s’agissait en outre et surtout de créer une école nationale de chant se hissant au niveau des autres écoles européennes.

Dès l’ouverture du Conservatoire et tout au long du XIXe siècle, le solfège a constitué le fondement de tout l’enseignement musical, y compris celui du chant, au sein de cette institution. Au cours des premiers mois d’activité du Conservatoire et jusqu’en 1868, les contenus de ces deux matières furent les mêmes, de sorte qu’il revenait à un même professeur d’assurer l’enseignement du solfège et des premières vocalisations des futurs chanteurs. Ainsi, le terme solfear (solfier) faisait partie intégrante de l’exercice du chanteur, et réciproquement, le solfista (celui qui solfie) était considéré comme un chanteur à part entière. L’analyse des méthodes utilisées au Conservatoire de Madrid rend parfaitement compte de cette  ambiguïté.

Continuer la lecture de Les apports des manuels français dans la construction d’un modèle méthodologique du solfège au Conservatoire de Madrid au XIXe siècle

La musique comme art social : conséquences sur l’enseignement à la veille de la Grande Guerre

Michèle Alten et Sylvie Douche (université Paris-Sorbonne)

Résumé du séminaire, séance du18 février 2015

L’histoire des disciplines scolaires constitue un champ de recherche spécifique. Les finalités politiques et leur traduction en programme officiel, les injonctions pédagogiques qui en découlent ainsi que les pratiques de classe effectives constituent les trois volets principaux de ces études.

Cependant, pour ce qui concerne la musique, l’objet de recherche est plus difficile à cerner. En effet, avant même l’apparition, en 1882, dans les programmes de l’école primaire d’une nouvelle matière obligatoire intitulée Chant et musique, les avis des 7 spécialistes consultés (Rapports sur l’enseignement du chant dans les écoles primaires, 1881) divergent. Chacun a sa solution : solfège pour les uns, chant pour les autres, le plus souvent dans une grande méconnaissance des exigences de l’enseignement de base. Ces divergences traduisent la diversité des objectifs qui peuvent être assignés à la musique : former de bons citoyens républicains et patriotes ou bien construire des individus plus éclairés, ou encore donner les bases du déchiffrage à chacun.

Continuer la lecture de La musique comme art social : conséquences sur l’enseignement à la veille de la Grande Guerre